Cabrioles dans les callunes

Entre deux ruchers, au coeur d'une petite lande, je surprends quelques unes de mes butineuses en plein travail sur la callune !

Un peu de botanique : la callune (Calluna vulgaris) est un genre trés proche des bruyères (genre Erica) qui se distingue de ces dernières par ses fleurs aux pétales bien distinctes, bien différentes donc des fleurs des bruyères qui forme de petites cloches (les pétales sont soudés entre-eux).

La callune est capable de vivre dans des milieux trés secs, arides même ; mais elle se rencontre aussi au beau milieu des tourbières ! Sa seule exigence : un sol bien acide.

Sa floraison arrive en fin de saison. Plus hative en altitude (la saison est plus courte !), elle y commence dès le début du mois d'août. Sous les climat plus favorable, mais souvent aussi plus sec, sa floraison démarrera plus tard pour s'échelonner tout l'automne, au delà même des premières gelées, offrant une ressource tardive aux abeilles lors des dernières belles journées.

Le miel de callune est digne de la plante dont il est issue : unique par sa saveur, sa texture (crêmeux), son taux d'humidité exeptionnellement élevé pour un miel (plus de 22 % contre moins de 18 % dans les autres miels). Son extraction n'en est pas pour autant simplifiée : particulièrement épais et visqueux, il est nécéssaire de procédé à un "piquetage" des cadres, pour le rendre plus fluide et permettre son extraction.